Sondage SOS Éducation

Sondage IFOP pour SOS Education

Ce document présente les résultats d'une étude réalisée par l'Ifop. Elle respecte fidèlement les principes scientifiques et déontologiques de l'enquête par sondage. Les enseignements qu'elle indique reflètent un état de l'opinion à l'instant de sa réalisation et non pas une prédiction. Aucune publication totale ou partielle ne peut être faite sans l'accord exprès de l'Ifop.

Ce sondage a été effectué du 13 au 15 février 2012 sur un échantillon de 712 personnes, représentatif du personnel enseignant du premier et du second degré. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, niveau d'enseignement, statut de l'établissement : public/privé) après stratification par académie.

Généralisation des méthodes de lecture purement syllabiques
question Personnellement, seriez-vous favorable à la généralisation de méthodes de lecture purement syllabiques dans les écoles primaires ?
  Voir les résultats
Apprendre des nouvelles méthodes de lecture
question Dans les écoles publiques anglaises, le taux d'illettrisme a très fortement chuté suite à un changement de méthode d'enseignement de la lecture. Personnellement, seriez-vous prêt à apprendre de nouvelles méthodes de lecture si le ministère vous proposait une formation appropriée ?
  Voir les résultats
Groupes de niveaux
question Seriez-vous favorable à ce que l'on permette aux enseignants de constituer des groupes de niveau pour l'enseignement des disciplines fondamentales (Français, Mathématiques) ? Par exemple, tous les élèves de 6è ayant un faible niveau en Français seraient regroupés pour bénéficier d'un enseignement adapté à leur niveau.
  Voir les résultats

Retour à la liste des publications

INFORMATION

Suite au succès rencontré par notre pétition : NON au « Zizi sexuel » ! - ne bâclons pas l'éducation à la sexualité de nos enfants ; l'action de SOS Éducation a été très fortement relayée par les médias. Nous ne pouvons que regretter certains rapprochements hasardeux et être déçus de l'instrumentalisation malveillante de notre discours à des fins de vaine polémique.

Le traitement réservé à SOS Éducation et à ses membres traduit une dérive inquiétante, qui vise à stigmatiser, afin de les discréditer, les personnes usant de leur liberté de parole, faute de pouvoir leur répondre sur le fond.

Comme nous l'avons toujours souligné, notre propos est simplement de demander une information claire et complète des parents d'élèves dont les enfants sont amenés voir l'exposition « Zizi sexuel » dans le cadre scolaire.

En effet, ces sorties sont prises sur le temps d'apprentissage, et certaines représentations et mises en scène sexuellement explicites peuvent être de nature à choquer les enfants les plus jeunes.

Par ailleurs, nous sommes convaincus que l'éducation sexuelle à l'école doit se faire dans une relation de confiance avec les parents et non pas en procédant à leur exclusion, approche retenue par cette exposition qui contient un espace « interdit aux adultes ».